La  consanguinité


A propos de la consanguinité, on entend dire tout et son contraire. Certains affirment même que la consanguinité est une tare. Pour tenter de partager le vrai du faux, posons-nous d'abord les bonnes questions.



Qu'est-ce que la consanguinité?



Qu'est-ce qu'une consanguinité étroite?


La consanguinité est une technique de reproduction qui consiste à accoupler des géniteurs plus apparentés que la moyenne de la population à laquelle ils appartiennent

On peut estimer de différentes façons le degré de consanguinité, selon qu'il s'agit d'un individu ou d'une population /calcul de coefficient, mise en évidence des ancêtres communs). Un accouplement père-fille, mère-fils ou frère-soeur constitue un accouplement étroitement consanguin. Un mariage entre oncle et nièce, ou entre cousins germains, l'est moins.



Qu'est-ce une tare?



Qu'est une tare congénitale?



Qu'est-ce qu'une tare héréditaire?


Une tare est un défaut, une caractéristique défavorable à l'individu.


 


C'est un défaut présent dès la naissance d'un sujet

.


C'est un défaut transmis par l'un des parents du sujet ou les deux. L'origine du défaut est à rechercher parmi les gènes transmis par les parents.



Qu'est-ce que le génotype?



Qu'est-ce que le phénotype?


C'est l'ensemble des gènes d'un individu. Un caractère donné est déterminé par un gène (un allèle) transmis par le père, et un autre transmis par la mère. Si ces deux allèles sont différents et que seul l'un des deux s'exprime, celui qui fait de l'effet est dit dominant, celui qui reste caché est récessif.

C'est l'ensemble des caractères visibles d'un individu: sa couleur, sa taille, et même sa façon d'agir et son métabolisme.



Qu'est ce qu'un homozygote ou un hétérozygote?


Si l'allèle de papa et l'allèle de maman sont identiques, le rejeton est un homozygote pour ce caractère.
A l'inverse, si les allèles transmis par chacun des parents sont différents, l'enfant est un hétérozygote pour ce caractère.



Comment les tares génétiques sont-elles transmises?


Dans le cas le plus simple, une tare correspond à un allèle défectueux. Cet allèle peut-être dominant ou récessif.
Si la tare est due à un allèle dominant, le chat qui possède cet allèle manifeste la tare. C'est le cas par exemple de la persistance de la menbrane pupillaire chez les chinchillas: si un chat en montre les symptômes, on en déduit qu'il possède le gène anormal et va le transmettre à 50% de ses descendants; il ne faut donc pas le faire reproduire. Le même mécanisme intervient dans la plupart des cas de PKD en race persane, ou dans la polydactylie (toutes races, même gouttière).
Si la tare est due à un allèle récessif, elle est généralement cachée, car le gène "sain" dominant masque le problème. Mais si l'on accouple (généralement sans le savoir) deux chats porteurs de l'anomalie, parmi leurs descendants 25% seront sains, 50% seront apparemment sains mais porteurs de l'anomalie, et 25 % exterioriseront la tare. On peut donner comme exemples plusieurs troubles du métabolisme, et certains cas d'atrophie rétinienne. Certaines tares sont dues à un ensemble de gènes polygènes; nous n'en parlerons pas ici.



Quel est le principal effet de la consanguinité?



Qu'est-ce que cela veut dire en clair?

Le principal effet de la consanguinité est d'accroître l'homozygotie.


Cela veut dire qu'une plus grande proportion d'individus possèdent les deux mêmes gènes pour un caractère.
De ce fait, le génotype coïncide mieux avec le phénotype; lorsqu'on voit un individu, on devine mieux de quoi il est fait.



Quels sont les avantages de la consanguinité pour la sélection?


La consanguinité est indispensable à la sélection. Elle permet de travailler avec des reproducteurs dont les caractères transmisibles sont mieux connus.
Elle a l'immense avantage de mettre en évidence des tares génétiques ordinairement cachées, et de permettre de tenter de les éliminer de ses lignées. Elle permet de fixer les qualités recherchées.



Quels sont les risques?


On entend souvent dire que son utilisation aboutit à la production de sujets faibles, sensibles aux maladies, infertiles. C'est vrai, mais seulement à la suite de nombreux accouplements successifs en consanguinité étroite.
L'autre inconvénient est d'augmenter le nombre de produits tarés. C'est certes un problème pour le chaton atteint, et pour son éleveur. Mais s'il y a une tare dans la lignée, vaut-il mieux la mettre rapidement en évidence afin de prendre les mesures ad hoc, ou continuer à produire à l'aveuglette et récolter de temps en temps un chaton défectueux?

 


Quelle est la condition sine qua non de la consanguinité?


Cette technique d'élevage permet de fixer les qualités et de faire apparaître les tares.
Il est indispensable de partir de reproducteurs dotés de qualités exceptionnelles; s'ils sont porteurs de tares, celles-ci apparaîtront et il sera possible de lutter contre elles. En revanche on a une chance de fixer les qualités. Si à l'inverse on part de reproducteurs médiocres, on ne sélectionnera que sur la médiocrité.

 

Comment sortir de la consanguinité?

 

La consanguinité est-elle
 une tare?


Rien de plus simple: si au cours du travail de sélection l'éleveur estime qu'il est allé trop loin dans la consanguinité, un accouplement avec un reproducteur extérieur au programme apporte suffisamment d'hétérozygotie pour annuler les effets pervers.


La consanguinité met en évidence les tares existantes.Elle n'est pas elle-même une tare et elle est nécessaire à la sélection.



Je remercie la Doctoresse vétérinaire Catherine Kretz d'avoir publié cet article très intéressant sur la consanguinité
et qui répond aux nombreuses questions que nous éleveurs nous nous posons à chaque mariage de nos chats.

Support matériel de l'hérédité: quelques définitions

Chromosomes

Éléments permanents du noyau cellulaire, en nombre déterminé, caractéristiques de l'espèce et renfermant le matériel génétique.

 

Caryotype

Représentation de l'aspect morphologique de l'ensemble des chromosomes du noyau d'une cellule.

C'est la garniture chromosomique d'une espèce donnée. Chez le chat, elle se compose de 36 chromosomes somatiques (autosomes) et de 2 hétérochromosomes sexuels : XY chez le mâle et XX chez la femelle.

 

Génome

Ensemble du matériel génétique et, par conséquent, des gènes portés par tous les chromosomes.

 

Gène

Unité élémentaire d'acide désoxyribonucléique (ADN) d'un chromosome capable de transmettre un message héréditaire et susceptible de mutation (voir plus loin).

 

Génotype

Ensemble des gènes contenus dans les cellules d'un organisme. Il détermine notamment les caractères visibles (phénotype) de l'individu.

 

Phénotype

Ensemble des caractères structurels et fonctionnels, héréditaires ou non, apparents d'un individu. Manifestation externe ou apparente de caractères produits par l'interaction du génotype et du milieu dans lequel cet organisme vit. Le phénotype, ou physique précis, est décrit dans un standard l.

 

Allèle, locus

Les gènes sont dits allèles lorsqu'ils sont situés au même niveau (locus) sur deux chromosomes d'une même paire. Un locus contient un seul gène.

 

Dominant, récessif 

Les gènes sont désignés par des lettres de l'alphabet, la majuscule pour le gène dominant, la minuscule pour le gène récessif.

B : noir, b : marron.

Un gène dominant s'exprime alors qu'il n'est présent que sur un seul chromosome.

 

Homozygote, hétérozygote 

Un individu est dit homozygote lorsque les deux allèles d'une paire de chromosomes sont identiques (BB ou bb).

Chez l'hétérozygote, les deux gènes allèles d'une paire de chromosomes sont différents (Bb).

Un gène dominant, à l'état hétérozygote, conditionne le phénotype. Un gène récessif ne se manifeste dans le phénotype qu'à l'état homozygote (bb). Il doit être présent sur les deux chromosomes de la paire pour s'exprimer. Il peut être dominé ou masqué par d'autres gènes. La dominance est dite incomplète si l'allèle récessif se signale par un effet visible.

Létal 

Un gène est dit létal, c'est-à-dire qu'il entraîne la mort du foetus ou du nouveau-né lorsqu'il est homozygote. L'allèle Manx M. en est un exemple. Les chats Manx sont donc hétérozygotes (Mm).

Un gène récessif a pu être porté pendant plusieurs générations, sans se manifester par des individus hétérozygotes.

 

Héritabilité 

Pourcentage de la variation totale qui revient à l'hérédité, le reste étant dû aux conditions de milieu.

 

Gènes polygènes

Gènes en grand nombre, à l'origine de modifications de motifs et de tons. Ces caractères peuvent connaître des nuances multiples. La variation est continue. Une partie de ce type de variation est génétique, par conséquent héréditaire, due à l'intervention des gènes modificateurs appelés encore gènes mineurs ou polygènes. Ces gènes pris séparément ont un effet minime, mais, l'effet étant cumulatif, leur présence en grand nombre entraîne une action notable sur un caractère donné. Certains accentuent un caractère : ce sont des polygènes majorants ; d'autres n'ont aucune action : ce sont des polygènes minorants.

La robe des chats orange peut exprimer toutes les nuances existant entre le roux pâle d'un chat commun, porteur de polygènes minorants, et le roux chaud et vif d'un chat d'exposition, porteur, quant à lui, de polygènes majorants.

On parle d'hérédité polymérique ou polygénique lorsque la transmission d'un caractère génétique résulte de l'action combinée de plusieurs gènes.

 

Chromosomes de chat

Pour tous les individus d'une même espèce, chaque cellule de l'organisme (abstraction faite des spermatozoïdes et des ovules) contient dans son noyau un nombre constant diploïde (2n) de chromosomes. Ainsi, 2n = 38 chez le chat.

Chaque cellule du chat contient 19 paires identiques qui forment les autosomes.

 

On parle d'hérédité autosomique ou autosomale si un caractère est régi par un gène porté par un des autosomes. C'est, d'ailleurs, le cas le plus fréquent.

 

Les spermatozoïdes et les ovules n'ont que 19 chromosomes.

Dans le spermatozoïde, le chromosome sexuel peut être sous la forme X ou Y.

Dans l'ovule, le chromosome sexuel est toujours X.

L'union du spermatozoïde et de l'ovule lors de la fécondation déterminera le sexe du chaton.

 

Hérédité liée au sexe

On parle d'hérédité liée au sexe quand le gène contrôlant ce caractère est localisé sur les chromosomes sexués (hémophilie l, le gène orange).

 

Reproduction sexuée 

Dans la reproduction sexuée, la transmission du matériel génétique d'une génération à la suivante est réalisée grâce :

à la gamétogénèse (élaboration des gamètes : ovules et spermatozoïdes) dont le résultat en est un très grand nombre de gamètes génétiquement différents ;

à la fécondation, qui associe au hasard deux gamètes, mâle et femelle, portant chacun un matériel génétique particulier.

On comprend ainsi que chaque chat est génétiquement unique, à l'exception des vrais jumeaux, issus d'un même oeuf.

 

Mutation

On appelle mutation une modification soudaine et transmissible, spontanée ou provoquée, du patrimoine héréditaire.

À de nombreux locus (ou loci), on peut trouver un gène d'origine dit gène "sauvage" ou un gène mutant. Ainsi, à côté du gène sauvage B qui détermine la couleur noire de la robe, existent deux formes mutantes b et b1 commandant respectivement les couleurs marron foncé et marron clair.

Des mutations ont donné naissance à de nouvelles races telles que : pelage court, ondulé, sans poil de jarre (rex cornish) ;

pelage frisé et rêche au toucher (américain à poil dur) ; pelage réduit à un fin duvet (sphinx).

 

Copyright
Chatterie d'Anouchat

Mise à jour le
08 mars 2003