Le tabac multiplie par deux les risques de cancer chez le chat
D'après Kate O'Rourke /JAMA - Traduction Laurent Cathalan

           
 

Une étude américaine récente prouve les méfaits du tabagisme passif chez nos félins de compagnie. Des chercheurs avaient déjà démontré une augmentation de certains types de cancer chez le chien vivant dans un environnement fumeur mais cette nouvelle étude est la première à apporter des preuves irréfutables de cet effet sur le chat.

 
           
 

Les chats qui vivent dans un environnement où les gens fument des cigarettes sont deux fois plus susceptibles de contracter un cancer mortel, appelé lymphome, que les autres chats, révèle une étude publiée dans l’American Journal of Epidemiology.

 
           

 Des effets dévastateurs

 « La fumée de cigarette a des effets de santé dévastateurs sur le chat », explique le Dr Anthony S. Moore, directeur du programme Harrington de cancérologie de l’université Tufts de Boston, qui a collaboré à ce projet. Il précise en effet que les chats peuvent non seulement inhaler la fumée des autres mais aussi ingérer des particules toxiques lorsqu’ils se lèchent pour faire leur toilette.

           
 

Le lymphome est le cancer le plus commun chez le chat. Seuls, les virus de la leucémie féline (leucose) et d’immunodéficience féline ( infection par le FIV) sont connus pour jouer un rôle favorisant dans le développement de la maladie. « Nous avons étudié le lymphome en premier car c’est une des tumeurs les plus communes et notre capacité à la soigner n’est pas encore très bonne », a déclaré le Dr Moore. « Vingt-cinq pour cent des chats qui la contractent ne survivent pas plus d’un an, même sous chimiothérapie. »

 
           
  La fumée du tabac est le seul facteur significativement corrélé

Afin d’identifier les facteurs favorisant le développement de cancer, les chercheurs se sont intéressés à l’influence du régime alimentaire, de la stérilisation de l’animal, de l’âge, du sexe, de la race, du mode de toilettage, du milieu de vie, de l’utilisation de produits anti-puces, de shampoing et la prise de médicaments par voie orale. La fumée de cigarette a été le seul facteur significativement corrélé à l’apparition d’un cancer chez les chats de l’étude.

 
           
  Une exposition de 5 ans triple le risque

Les 194 chats, qui ont fait l’objet de cette étude, ont été traités à l'Ecole de médecine vétérinaire de l’hôpital Foster pour petits animaux entre 1993 et 2000. 80 chats ont été traités pour un lymphome et 114 pour une néphropathie (maladie des reins). Les scientifiques ont en effet également étudié des chats atteints de néphropathie car cette affection est sérieuse mais, néanmoins, non maligne. Elle n’est pas non plus connue pour être associée avec le tabagisme passif chez le chat ou l’humain.

 
           
  Après avoir pris en considération l’âge et les autres facteurs, il a été conclu que le risque relatif de développer un lymphome est deux fois et demie supérieure pour les chats régulièrement exposés à la fumée de cigarette. Le risque augmente avec la durée de l’exposition et la quantité de fumée inhalée. Une exposition de cinq ans ou plus triple le risque de contracter le cancer. Quand il y a deux fumeurs ou plus dans une maison, le risque est quadruplé. Les chats vivant avec des humains qui fument au moins un paquet (20 cigarettes) par jour ont trois fois plus de risque de développer la maladie que les autres chats.  
           

Chez l’humain aussi…

Chez l’homme il existe une forme de cancer proche du lymphome du chat : le lymphome non-hodgkinien. Les résultats obtenus chez le chat, remarque Elizabeth Bertone, docteur en sciences et professeur adjoint d’épidémiologie à l’université de Massachusetts et qui a aussi collaboré à cette étude, nous fournissent des raisons irréfutables pour étudier la corrélation entre le tabagisme passif et l’apparition de ce cancer chez l’homme.

           
  Les vétérinaires doivent informer leurs clients

Désormais les implications pour le chat sont clairement établies. Selon le docteur Moore, les vétérinaires doivent informer leurs clients sur les risques encourus par les chiens et les chats s’ils sont régulièrement exposés à la fumée de cigarette.

« Ce n’est pas un sujet de conversation que nous abordons d’habitude avec les propriétaires d’animaux domestiques mais je pense que, tout comme pour la médecine humaine actuelle, nous devons dire à nos clients que nous avons aujourd’hui des preuves irréfutables des effets néfastes de la fumée de cigarette sur la santé des chiens et des chats.»

 
           
  Journal of the American Veterinary Medical Association
 
http://www.avma.org/

 

 
           

Copyright Chatterie d'Anouchat    

Mise à jour le 30.10.2003