B   

I   

R   

M   

A   

N   

I   

E   

    

La Légende de Sinh, Chat sacré 

  
 

" On raconte que dans un temple bâti aux flancs du mont de Lugh, vivait en prière le très vénérable Kittah Mun-Hà,
un grand lama précieux entre les précieux, dont le dieu Song-Hio lui-même avait tressé le barbe d'or...

 

Pas une minute, pas un regard, pas une pensée de son existence qui ne fût consacré à l'adoration
 de la déesse aux yeux de Saphir,  Tsun-Kyanksé.


           

 

Au près de lui méditait Sinh, son cher oracle, un chat tout blanc dont les yeux étaient jaunes,
 jaunes du reflet de la barbe d'or de son maître et du corps doré de la déesse aux yeux de ciel...

 

Sinh avait les oreilles, le nez, la queue et l'extrémité des membres, sombre comme la couleur du sol,


marque d'impureté de tout ce qui touche la terre.


 

" Or, un soir, la lune malveillante avait permis aux Phoums maudits de s'approcher de l'enceinte sacrée, le grand prêtre Mun-Hà,
 sans cesser d'implorer les destinées cruelles, entra doucement dans la mort, ayant à ses côtés son chat divin...
 

 

C'est alors que ce produisit un miracle... le miracle de la transmutation immédiate : d'un bon, Sinh fut sur le trône d'or et se jucha sur la tête de son maître affaissé...
Il s'arc-bouta sur cette tête qui, pour la première fois, ne regardait plus sa déesse...
Comme il restait à son tour figé devant la statue éternelle, on vit les poils hérissés de son échine blanche devenir soudain jaune d'or.
 Ses yeux d'or devinrent bleus, immenses et profonds comme les yeux de la déesse.
 Comme il tournait doucement la tête vers la porte du sud, ses quatre pattes, qui touchaient le crâne vénérable,
 devinrent d'un blanc éclatant, jusqu'à l'endroit que recouvrait la soie des  vêtements sacrés.


                                                 

 

" Le septième jour, sans quitter le trône, sans avoir fait un mouvement,
 face à la déesse les yeux dans les yeux, Sinh mourut,
 mystérieusement en emportant vers
 Tsun-Kyanksé l'âme de Mun-Hâ,
 trop parfaite désormais pour la terre...

 

Quand sept jours plus tard, les prêtres assemblés devant la statue pour décider de la succession de Mun-Hà, on vit accourir tous les chats du temple...

 

Ils étaient tous vêtus d'or et gantés de blanc, ils avaient tous changé en saphir profond le jaune de leurs yeux...
 Ils entourèrent le plus jeune kittahs que désignaient ainsi les ancêtres réincarnés par la volonté de la déesse...

 

Que meurt un chat sacré au temple de Lao-Tsun, c'est l'âme d'un kittah qui reprend à jamais sa place au paradis de Song-Hio, le dieu d'or.

 

Malheur aussi, à celui qui hâte la fin d'une de ces bêtes merveilleuses, même s'il ne l'a pas voulu.
 Il souffrira les plus cruels tourments jusqu'à ce que s'apaise l'âme en peine qu'il a perturbée... "
 

© Chatterie d'Anouchat
 

     L. & G. Ballaman
 

Création de la page en 2003

Mise à jour le 17.01.2013